Contenu sponsorisé Bannière Offre Abonnement

Jauge de 30 personnes : les évêques appellent à ne pas discriminer les fidèles et à respecter les gestes barrières

Publié le 27/11/2020

En réaction à la confirmation d’une jauge de 30 personnes par célébration, a minima jusqu’au 15 décembre, de nombreux évêques expriment leur incompréhension et détaillent aux curés et aux diocésains les modalités de ce week-end.


L’incompréhension, c’est le sentiment qui domine dans les déclarations des évêques de France, depuis l’annonce des mesures pour la nouvelle phase du confinement qui s’ouvre samedi 28 novembre. Partout en France, les évêques se sont entretenus avec leurs curés afin d’écouter leur ressenti dans la journée de jeudi, après la déclaration du Premier ministre Jean Castex.
« La décision du Premier ministre suscite des sentiments légitimes à la fois d’incompréhension, de déception et de révolte. En même temps, elle ne nous étonne pas de la part de gouvernants qui classent la religion dans le "non-essentiel" », écrit Mgr Pascal Roland, évêque de Belley Ars. Comme lui, de nombreux évêques ont fait le choix d’écrire aux laïcs de leur diocèse.

 

 

Multiplier les messes

Ils appellent dans la mesure du possible à multiplier les célébrations de ce week-end. « Lorsque c’est envisageable, le nombre des messes sera multiplié et nous vous invitons à essayer de vous répartir de façon à respecter le mieux possible les règles sanitaires », enjoint Mgr Sylvain Bataille, évêque de Saint-Etienne. Mais les évêques avouent également une limite à l’intensification des offices dominicaux. « On peut proposer des horaires supplémentaires, sans les démultiplier à outrance, explique Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille. Si certains responsables paroissiaux préfèrent attendre une jauge raisonnable, c’est également compréhensible. »

Mgr Eric Aumonier, évêque de Versailles, et son auxiliaire Mgr Bruno Valentin déclarent ne pas pouvoir « demander aux curés l’application de mesures inapplicables compte-tenu du nombre de messes qu’il faudrait ainsi programmer le dimanche dans les églises des Yvelines ».

Contrôle de la jauge

Ainsi, la question du contrôle de la jauge de 30 personnes par assemblée est évoquée par de nombreux évêques. « L’Église ne peut s’engager dans une sélection de fidèles "autorisés" à participer à la messe », écrit-on dans le diocèse de Versailles.
Éviter à tout prix « une discrimination entre les fidèles (…) contraire à la foi catholique », c’est le souhait de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes. Il souligne : « Chaque fidèle qui le souhaite peut venir dans l’église de sa paroisse pour participer à l’Eucharistie dès ce week-end des 28 et 29 novembre. » Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris indique : « Chacun veillera à limiter le remplissage de son église sans pour autant laisser qui que ce soit à la porte. »
Mgr Norbert Turini, évêque de de Perpignan-Elne, appelle également sur France Bleu les curés et les diacres à « ne pas s’ériger en “comptables” de leurs assemblées dominicales et donc de ne pas rejeter si tel était le cas, la 31e personne et les suivantes qui se présenteraient. » Il affirme en prendre « l’entière responsabilité et si cela s’avère nécessaire j’en répondrai personnellement devant les pouvoirs publics. »
Pour Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié, les messes « respecteront l’esprit des instructions gouvernementales, à défaut de pouvoir les appliquer à la lettre ». Les évêques rappellent unanimement l’importance du respect des gestes barrières. Certains s’appuient entre autres sur le protocole communiqué par la CEF au gouvernement - à savoir le port du masque, le gel hydro-alcoolique et 4m2 entre les personnes, citant même la proportion d’un tiers de participants. « Qu’on nous fasse confiance et qu’on ne nous infantilise pas », demande Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois.

 

 

« Prier pour l’ensemble de la communauté paroissiale »

Les multiples appels des évêques évoquent également le besoin de prier pour les personnes en difficulté ou qui ne peuvent pas se rendre à la messe. Mgr Joseph de Metz-Noblat, évêque de Langres, recommande « aux fidèles qui hésiteraient à aller jusqu’à l’église de rester chez eux, et à ceux qui participeront au rassemblement dominical de respecter tous les gestes barrières (port du masque, usage de gel hydro-alcoolique), en ayant conscience qu’ils prieront pour l’ensemble de la communauté paroissiale ». Il propose « une attention réelle aux personnes fragilisées par le confinement » pendant les célébrations.

Mgr Berthet appelle à ne pas « se replier sur nous-mêmes ». Il évoque les personnes « qui souffrent drastiquement et durablement de la prolongation du confinement ». « L’Eucharistie qui nous rassemblera à nouveau n’aura de sens que si nous rejoignons et portons toutes ces personnes dans notre prière et notre attention fraternelle », écrit-il.

« Être inventifs », « patients et audacieux », « se sentir solidaires », « rester unis » sont entre autres des termes utilisés par les évêques pour enjoindre les catholiques à avancer en communauté.

 

Face à « l’amateurisme et la grande désinvolture », comme Mgr Batut tance, les évêques se tournent vers les prochains jours. Ils espèrent que le référé-liberté déposé au Conseil d'État vendredi 27 novembre par la CEF aboutira. Mgr Pascal Roland invite en outre ceux qui « voudraient faire connaitre leur mécontentement » à écrire à leur député ou au ministre de l'Intérieur.

Les évêques clament aussi leur soutien aux prêtres, qui montrent encore une fois « leur engagement dans cette situation si complexe », mentionne Mgr Sylvain Bataille. Le 15 décembre, la jauge de 30 personnes pourrait évoluer en fonction de la situation sanitaire.

Le déroulé des faits :

 

► Mardi 24 novembre : le président Emmanuel Macron déclare qu’une jauge de 30 personnes dans les lieux de culte, quelle que soit la taille de l'édifice, sera appliquée dès le 28 novembre, lors de la nouvelle phase du confinement.
► La Conférence des évêques de France, comme d’autres cultes, expriment leur incompréhension de cette mesure. Après un entretien téléphonique avec Emmanuel Macron, Mgr Éric de Moulins-Beaufort affirme que le gouvernement reviendrait sur cette jauge jeudi.
► Jeudi 26 novembre : le Premier ministre Jean Castex confirme la jauge de 30 personnes par célébration religieuse. La CEF déclare : « C’est considérer comme accessoire la foi de millions de croyants. »
► Vendredi 27 novembre : La CEF et plusieurs évêques annoncent déposer un référé-liberté au Conseil d’État.
► Dimanche 29 novembre : Le Conseil d’Etat ordonne au gouvernement de modifier sous trois jours son décret sur le nombre de personnes pouvant assister à un culte, estimant la jauge de 30 personnes disproportionnée

 

 

 

Retrouvez également une sélection de vidéos KTO :
Deo et Débats
Deo & débats du 26 novembre 2020
26/11/2020

Philippine de Saint Pierre et ses invités confrontent leurs points de vue sur l’actualité politique, culturelle...

02:27
Actualités
Rencontre entre le gouvernement et les représentants des cultes : retour d’Haïm Korsia
21/11/2020

Ce lundi 16 novembre, après la rencontre en visioconférence entre le Premier Ministre, Jean Castex, le Ministre...

06:20
Actualités
Mgr de Moulins-Beaufort : « Les pouvoirs publics organisent une situation impossible ! »
26/11/2020

A la suite des annonces de Jean Castex ce jeudi 26 novembre maintenant la jauge de 30 personnes pour les lieux d...

05:12
Décryptage
Reprise publique du culte : la réaction de la Conférence des évêques de France
25/11/2020

Le Président de la République a dévoilé hier mardi 24 novembre les conditions de la reprise des célébrations pub...

02:57
Actualités
Reprise du culte : réaction de l’initiateur de la pétition "Pour la messe"
25/11/2020

Jean-Benoît Harel, étudiant, a lancé fin octobre avec des amis une pétition appelant au retour des messes publiq...

Sans Langue de Buis
Les catholiques et le reconfinement, sans langue de buis
06/11/2020

Plusieurs évêques, dont le président de la Conférence des évêques de France, et des associations ont déposé un r...