Contenu sponsorisé Bannière offre abonnement rentrée KTOMag + stylo

Commémoration des martyrs de la Commune : la programmation de KTO

Il y a 150 ans, la « Semaine sanglante » mettait fin à la Commune de Paris, une période insurrectionnnelle et révolutionnaire. Ces commémorations appellent aussi à celles du martyre de la rue d’Haxo, lorsque dix ecclésiastiques ont été emprisonnés puis fusillés.

Notre programmation spéciale :

Il y a 150 ans : Notre-Dame des otages - Conférence

Mardi 1er juin, 20h35

À partir de l’histoire personnelle du père Planchat, de celle des ecclésiastiques arrêtés au cours de la Semaine Sainte, du contexte antireligieux propre à l’époque, cette conférence permet d’entrer dans le mystère des prêtres martyrs. Le père Yvon Sabourin, postulateur de la cause en béatification du père Henri Planchat livre des témoignages inédits sur le parcours de ces prisonniers jusqu’à leur mort.

Conférence donnée dans le cadre des « 150 ans du martyre de la rue d’Haxo » par le père Yvon Sabourin. Enregistrée le 27 mai 2021 à Notre-Dame des Otages (Paris).

 

Les 150 ans des martyrs de la Commune - Reportage

Jeudi 3 juin, 21h27

À l’occasion des 150 ans de la Commune de Paris, période insurrectionnelle qui prit fin lors de la « Semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871, KTO vous emmène sur les pas des martyrs de la Commune jusqu’à l’église Notre-Dame des Otages. Elle fut le lieu même de l’assassinat de 49 otages dont 10 religieux, tués en raison de leur foi par les communards. Pour commémorer ces martyrs et notamment le père Planchat, appelé « le prêtre des pauvres », la paroisse organise une semaine de temps de prière et de conférences sur cette page de l’histoire parisienne. Retour en images et en témoignages.

 

La procession de la Marche des martyrs attaquée

Samedi 29 mai, une marche en mémoire des martyrs catholiques de la Commune était organisée par le diocèse de Paris et par cinq paroisses du XXè arrondissement. En milieu de procession, après avoir reçu de premiers quolibets, le cortège a été physiquement attaqué. Les pèlerins ont dû se réfugier dans l'église Notre-Dame-de-la-Croix de Ménilmontant. Plus de détails dans la Sélection de l'info catho de ce lundi 31 mai.

Une tribune publiée le 2 juin dans La Croix a provoqué de vives réactions. Les 15 signataires revendiquent que cette procession « était une aberration spirituelle et politique ». Ils soulèvent deux erreurs à leurs yeux : « Celle de croire que cet événement ne peut être lu qu’à travers une grille de lecture religieuse opposant la foi des otages assassinés à l’athéisme des communards ; celle de penser qu’il est possible de dissocier le spirituel du temporel, de témoigner de l’amour de Dieu sans lutter et prier pour la justice. »

Neuf organisateurs ont répondu dans une autre tribune du 3 juin, également dans La Croix : « Nous avons fait le pèlerinage des otages simplement parce que nous sentions le besoin de porter l’amour du Christ dans nos rues. (…) Nous ne poursuivions aucune stratégie, n’étions guidés par aucune idéologie. Nous voulions simplement prier. » Ils soulignent « les fossés d’incompréhension mutuelle traversant notre ville. Des lieux de rencontres paisibles sont absolument nécessaires ».

Au Risque de l'Histoire

Retour historique avec l'émission Au Risque de l'Histoire sur le contexte de cette fin du XIXè sièce.

52:50
Au risque de l'histoire
Le XIXème siècle français : un renouveau catholique ?
04/03/2021

Le catholicisme de la France du XIXème siècle n’a pas bonne presse : avec son sentimentalisme, son côté à la foi...

03:46
Actualités
Le Sacré Coeur de Montmartre fête ses 100 ans !
20/10/2019

Dimanche 20 octobre 2019, la Basilique de Montmartre célèbrait son Jubilé. Construit au lendemain de la Première...

50:33
Au risque de l'histoire
L’Eglise en procès
16/04/2020

Inquisition, antisémitisme, persécutions en tous genres, richesses, pouvoir et sexe... la liste des griefs faits...

50:22
Au risque de l'histoire
La Papauté et la République de 1871 à nos jours
24/09/2020

Pour qualifier l’histoire des relations entre l’Église et l’État, le regretté cardinal Tauran utilisait deux ima...