Contenu sponsorisé terralto

8 mai : commémoration de la capitulation de l'Allemagne nazie

Publié le 08/05/2023

Nous commémorons chaque 8 mai la signature de la capitulation de l'Allemagne nazie. Cette date marque la fin de la Seconde Guerre mondiale. À l'occasion de cette fête, KTO propose un film documentaire passionnant sur l'Église mosellane pendant l'occupation, entre fidélité à la foi catholique et persécutions nazies.

Un remarquable film produit par le diocèse de Metz raconte les tribulations de l’Église mosellane sous l’oppression nazie. Une plongée saisissante qui témoigne du drame vécu par les Mosellans catholiques et leur rend hommage. Dans ce département de l’actuelle région Grand Est de la France, l’Église a dû en effet affronter une des périodes les plus pénibles de son histoire. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, elle était très influente dans la société mosellane dont la grande majorité était composée de catholiques pratiquants. Avec l’invasion allemande, les Mosellans vont être confrontés à la volonté délibérée des responsables nazis de déconstruire méthodiquement l’organisation de l’Église, de réduire à néant son influence et de remplacer Dieu par Hitler.

Pour ce documentaire, les réalisatrices Nadège Kieffer et Christine Martinont choisi de suivre la chronologie de la guerre. Après l’entrée en guerre de la France contre l’Allemagne, les habitants de la « zone rouge » de Moselle (2100 personnes dont 265 prêtres) sont évacués en une journée, vidant ainsi les villages situés entre la ligne Maginot et la frontière. En juin 1940, après l’invasion nazie, l’armistice est suivi des premières vagues d’expulsions : le grand séminaire et tous les établissements privés catholiques sont fermés, les ordres religieux masculins et des associations d’oeuvres catholiques dissous, l’évêque de Metz est expulsé ainsi que les personnes « non-germanisables »… Tout ce qui se rattache de près ou de loin à la France est éradiqué. Cette histoire prend corps au travers d’une vingtaine de témoignages poignants et l’expertise d’un historien. Ils reviennent sur la germanisation brutale et forcée, la violence omniprésente, la dissémination des croyants, l’écartèlement de l’Église, la traque des Mosellans déchirés entre la France et l’Allemagne. Ce documentaire tente de répondre à des questions universelles, toujours d’actualité : comment vivre et pratiquer sa foi alors que tout semble perdu ? Comment vivre ensemble après ces exactions ?

Diffusé le soir de ce lundi 8 mai, ce film raconte aussi comment les catholiques de Moselle ont résisté à leur manière, continuant de vivre leur foi et venant en aide par charité chrétienne à ceux qui étaient en détresse, quelles que soient leur religion ou leur nationalité. Des chrétiens comme ceux parmi lesquels se sont levés des Schuman, de Gaulle, Adenauer, de Gasperi. Des croyants issus de régions qui ont souffert et qui se sont engagés à construire la paix et à l’organiser avec l’Allemagne. La paix véritable en effet ne peut se fonder solidement que sur une lecture saine du passé. Ceux qui tenteraient de vivre en commun avec l’ennemi d’hier sans regarder en face l’Histoire qui les a opposés, se condamneraient à revivre, même d’une autre façon, les errements passés.

L'Église mosellane face à l'oppression nazie

Quand les Allemands s'installent en Moselle en juin 1940, un de leurs premiers « objectifs » est de briser l'influence de l'Église catholique. Ils procèdent à de nombreuses expulsions dont celle de l'évêque de Metz, Mgr Heintz. Face à la résistance locale, les nazis redoublent de zèle en faisant venir un spécialiste de l'annexion : Josef Brückel qui s'attaque aux "non-germanisables".

Mais la foi résiste. "Ils priaient beaucoup". Le retour dans le giron français ne se passe pas sans mal... Ce film a pour ambition de réhabiliter les mosellans qui sont restés sous le joug de l'occupant, aujourd'hui encore, trop facilement assimilés à des traîtres. "C'était important pour nous de rendre honneur, à ceux qui sont parti, à ceux qui sont restés, à ceux qui ont été déportés, ou expulsés" déclare Nadège Kieffer, réalisatrice du documentaire.

Une production du Diocèse de Metz 2019 - Réalisée par Nadège Kieffer et Christine Martin

La foi et la guerre

53:00
Au risque de l'histoire
L’Eglise sous Vichy
30/06/2022

Un des clichés les plus répandus sur l’Eglise en France aurait été son inaction, voire sa compromission, pendant...

54:09
La Foi prise au Mot
Paix et guerre
01/01/2023

A l’occasion de la journée mondiale pour la Paix, La Foi prise au mot vous propose sur ce thème plus d’actualité...

53:51
En débat
La guerre juste, en débat
11/11/2022

De Cicéron et saint Augustin à saint Thomas d’Aquin, jusqu’à l’Américain Michael Walzer, le principe de « guerre...

03:44
Pourquoi, Padre ?
Un soldat peut-il être saint ?
08/11/2022

Tanguy, 14 ans, s’interroge : « Si Dieu a mis au coeur de chaque homme une vocation, et que quelqu’un a pour voc...

JMJ Cracovie 2016
Le pape François se rend dans le camp nazi d’Auschwitz (Pologne)
29/07/2016

Le pape François se rend au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Il a choisi de ne pas...

53:08
Au risque de l'histoire
De Gaulle catholique
03/12/2020

L’émission Au risque de l’Histoire souhaite aborder le personnage sous un angle méconnu : sa foi en Dieu. Charle...

50:36
Lumière intérieure
Les Padrés "Le chant aide à prier"
24/12/2022

L’idée de créer le groupe « Les Padrés » est de toucher les coeurs par le chant. Elle est venue lors du deuxième...