Contenu sponsorisé Bannière mois missionnaire Bannière mois missionnaire

Messe chrismale : tour d'horizon des diocèses de France

Publié le 30/03/2021

Evénement diocésain, la messe chrimale est célébrée cette année à huis-clos, du fait du contexte sanitaire. Seuls les évêques, les évêques auxiliaires, les prêtres, les diacres, les séminaristes et les représentants de religieux et de religieuses y participent. Tour d'horizon en France.

La messe chrismale que l'évêque concélèbre entouré des prêtres de son diocèse est liturgiquement lié au Jeudi saint, c'est à dire à l'institution de l'Eucharistie et de ses ministres ("Vous ferez ceci en mémoire de moi"). Elle est l'une des principales manifestations de la plénitude du sacerdoce de l'évêque : il est le pasteur de tout son diocèse. C'est notamment pourquoi celui-ci bénit les huiles saintes et y consacre le Saint Chrême qui seront utilisés par toutes les paroisses du diocèse au cours de l'année. La messe chrismale est donc aussi le signe de l'union étroite des prêtres avec leur évêque ; ils renouvellent durant la célébration leurs promesses sacerdotales.  Les diocèses étant vastes, il est difficile de réunir le clergé et le peuple à l'évêché dans la cathédrale le Jeudi saint au matin et de célébrer la messe du soir en mémoire de la Cène du Seigneur dans chaque paroisse. C'est pourquoi le missel prévoit que la messe chrismale puisse avoir lieu le lundi, le mardi ou le mercredi saint au choix de l'évêque.

Tirant son nom de « chrisma », qui signifie « onction » en grec, la messe chrismale est une célébration durant laquelle l’évêque bénit les huiles saintes et consacre le Saint-Chrême - ce mélange d’huile et de parfum est utilisé pour les baptêmes, les confirmations, les ordinations et la consécration des autels.

Au cours de la messe chrismale, les prêtres renouvellent leurs promesses sacerdotales formulées pendant l'ordination : s'unir au Seigneur Jésus, chercher à lui ressembler, renoncer à soi, être fidèle aux engagements du ministère, célébrer les sacrements, annoncer la Parole de Dieu. Cette célébration est aussi l’occasion de manifester l’unité de toute l’Église diocésaine autour de son évêque.

« Un évêque ne travaille pas seul »

À la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Vaast d’Arras, Mgr Olivier Leborgne a rappelé que la mission pastorale ne pouvait pas se réaliser sans l’unité et la diversité des ministères et des états de vie, des vocations. « Frères et sœurs, une conviction forte m’habite depuis longtemps et m’a été redonnée, ces derniers mois, depuis que je vous ai rejoints : nous sommes les uns et les autres des dons, faits par le Seigneur les uns aux autres, et c’est ensemble, en se recevant dans notre commune dignité baptismale, et dans le même mouvement, dans ce qui fait les spécificités de nos vocations et de nos missions, que nous pourrons devenir l’Église que le Seigneur veut pour le Pas-de-Calais, et s’engager résolument dans la conversion pastorale à laquelle il nous appelle », a déclaré l’évêque d’Arras, installé en octobre 2020.

« Un évêque ne travaille pas seul. Ses premiers collaborateurs sont les prêtres, ce qui ne signifie pas, bien sûr, que l'on puisse oublier les diacres, les laïcs, les religieux et religieuses », a assuré Mgr Luc Crepy à la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay. Il a exprimé son « regret » que les vocations soient « peu nombreuses », alors qu’il quitte le diocèse après six ans pour être installé à Versailles le 11 avril. « Il faut persévérer dans la prière auprès du Seigneur pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson en Haute-Loire. Que Notre-Dame du Puy ouvre le cœur des jeunes à l’appel de son Fils ! Qu’elle accompagne, chacun de vous, pour que vous soyez heureux dans votre ministère, en devant chaque jour un peu plus des pasteurs selon le cœur de Dieu », a-t-il déclaré.

Retour sur l'Assemblée plénière

Une semaine après l’Assemblée plénière de printemps, à l’issue de laquelle les évêques de France ont voté 11 résolutions et adressé une lettre aux catholiques sur la lutte contre les abus sexuels dans l’Église et la pédophilie, des évêques sont revenus sur ce sujet dans leurs homélies. À la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Arnoux de Gap, Mgr Xavier Malle a fait part de sa « détermination » pour « comprendre ce qui s’est passé, agir pour la justice, mettre en œuvre les mesures de prévention nécessaires ». « Depuis des années, le cœur des chrétiens et notre propre cœur de prêtre saigne à la révélation des abus commis par des prêtres, diacres, religieux, religieuses, et laïcs en mission. Notre Église de France affronte la vérité avec honte, humilité et courage, a réaffirmé l’évêque de Gap et d’Embrun. J’ai le sentiment, avec mes frères évêques, que nous sommes arrivés à une maturité pour affronter la réalité et reconnaître notre responsabilité, à savoir les responsabilités des auteurs, de ceux qui ont été défaillants, des évêques en général, à l’égard du passé, du présent, de l’avenir, ainsi que celle de l’Église entière. » Mgr Xavier Malle a « signé personnellement » la lettre des évêques adressée aux prêtres, qu’il leur a remise après la messe chrismale.

À Toulouse, Mgr Robert Le Gall a évoqué l’anniversaire de la seizième apparition mariale à Bernadette, le 25 mars, alors que l’Assemblée des évêques se tenait à Lourdes. « La Vierge Marie a sans doute voulu montrer que, par elle, Dieu vient nous prendre là où nous sommes, dans des profondeurs, celles des angoisses générées par le coronavirus, et celle des abus dans l’Église, pour nous porter dans ses bras et sur son cœur immaculé, et afin de nous conduire vers le mystère du Dieu trois fois Saint, a soutenu l’archevêque de Toulouse, depuis la cathédrale Saint-Étienne. Nous venons de redire depuis Lourdes non seulement notre engagement à restaurer notre maison commune sur notre planète, et plus encore de faire de notre Église une maison sûre, ce sont les mots du pape François, suite aux scandales qui nous ont tous affectés. […] Oui, frères et sœurs, nous avons tous besoin de la présence du consolateur. De cette rosée de l’Esprit Saint qui est huile de guérison, de force et de joie, baume qui nous atteint à partir de Jésus ».

À la cathédrale Notre-Dame de Reims, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la CEF, a médité lors de son homélie : « La messe chrismale nous tourne tous d’un seul cœur vers Jésus [...] N’ayons pas peur de constater notre péché, n’ayons pas peur de voir le "péché du monde", n’ayons pas honte d’avoir besoin de la grâce du Christ, n’entretenons aucune complaisance avec le péché si minime soit-il et soyons heureux, frères et sœurs, de célébrer le Christ, le Messie transpercé et à jamais vivant : il met sur nous le diadème au lieu de la cendre, il répand sur nous malgré tout l’huile de joie, il nous revêt de l’habit de fête, pour toujours, Amen ».

À Bordeaux, un événement particulier s’est produit lors de la messe chrismale. Mgr Jean-Paul James a reçu le pallium des mains de Mgr Celestino Migliore, nonce apostolique du pape François en France. Signe fort de communion avec le successeur de Pierre, le pallium est un ornement liturgique porté par le Pape et les archevêques métropolitains. Comme le veut la tradition, le pape François avait béni le 29 juin 2020 les palliums des archevêques nommés dans l’année, en la fête de saint Pierre et saint Paul. Le Saint-Père n'avait pas pu le leur remettre à la basilique Saint-Pierre de Rome, compte tenu de la crise sanitaire.

Méditer les textes liturgiques du Mercredi Saint
28:40
En marche vers dimanche
Mercredi saint, messe chrismale - Intégrale
15/04/2019

Marie-Noëlle Thabut lit et commente l’intégralité des lectures du Mercredi saint.

Pour approfondir :
06:55
Quèsaco
Saintes Huiles : Quèsaco ?
11/01/2020

Le 12 janvier 2020, les chrétiens célèbrent le baptême de Jésus. L’occasion parfaite pour Loïc Landrau et le Pèr...

MESSE CHRISMALE - DIOCÈSE D'ANGERS

 

MESSE CHRISMALE - DIOCÈSE DE FRÉJUS-TOULON

 

MESSE CHRISMALE - DIOCÈSE DE TOULOUSE

 

MESSE CHRISMALE - DIOCÈSE D'ARRAS

 

MESSE CHRISMALE - DIOCÈSE DE GAP

 

MESSE CHRISMALE - DIOCÈSE DE NANTERRE