Contenu sponsorisé Bannière don IFI Bannière don IFI

Les Foyers de Charité reconnaissent les « actes gravement déviants » du Père Finet

Publié le 07/05/2020

Après six mois de recherches et 143 témoignages reçus, la commission indépendante de recherches sur le père Georges Finet (1898-1990) a remis son rapport mi-mars. Une synthèse vient d’être rendue publique par les Foyers de Charité. Elle révèle des « agissements gravement déviants » de la part du cofondateur de cette communauté nouvelle.

Pour comprendre la gravité des faits et la démarche engagée par les Foyers de Charité, KTO a interrogé le père Moïse Ndione, modérateur international. Il s’est entretenu avec Philippine de Saint Pierre à Châteauneuf-de-Galaure, mardi 5 mai.

 

LES FAITS

26 femmes ont dénoncé le comportement du père Georges Finet au cours de confessions sur une large période, de 1945 à 1983. Elles étaient majoritairement collégiennes et lycéennes à l’école de Châteauneuf-de-Galaure.

« La plupart d’entre elles étaient âgées de 10 à 14 ans au moment des faits.Parmi ces témoignages, 14 récits concordants attestent de touchers du corps », indique la synthèse du rapport. « 20 témoignages attestent de questionnements insistants et intrusifs à caractère sexuel. Ces agissements gravement déviants ont causé aux victimes des blessures psychologiques et spirituelles, et des souffrances durables, parfois encore vives ».

LA COMMISSION INDEPENDANTE DE RECHERCHES

Pour faire la vérité sur les accusations envers le père Finet, cofondateur des Foyers de Charité avec Marthe Robin, le modérateur général de cette communauté, le père Moïse Ndione, et le conseil international, ont missionné une commission indépendante de recherches en septembre 2019. La démarche a été effectuée en lien avec le Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie du Vatican.

La présidence de cette commission a été confiée à Françoise Gaussen, spécialisée dans la lutte contre la pédocriminalité. La commission était composée de « 8 personnes sans lien avec les Foyers de Charité » : historien, psychologue, avocat, canoniste, recteur de séminaire, spécialiste dans lutte contre la pédocriminalité, expert en pédagogie, prêtre en charge des vocations. Ils ont recueilli 143 témoignages, dont de nombreuses contributions de reconnaissance pour défendre le père Finet.

La commission a été également chargée d’évaluer les mesures de lutte contre les abus et de formuler des préconisations. Elle a relevé en interne « des résistances à faire la vérité », liées notamment « à la figure emblématique et quasi-intouchable du père Finet ».

LES PRECONISATIONS POUR LUTTER CONTRE LES ABUS

La synthèse du rapport met en lumière l’héritage du père Finet en ce qui concerne la vie communautaire et le mode de gouvernance des Foyers de Charité. « Le fonctionnement des Foyers semble constituer une forme d’emprise propice aux déviances et aux abus » indique le rapport. La commission indépendante formule des préconisations sur trois aspects : la mission du père de Foyer et la conception de la paternité, la dimension du laïcat dans les communautés ainsi que l’approfondissement du charisme des Foyers de Charité.

En intégralité : la synthèse du rapport de la Commission indépendante de recherche, rendue publique par les Foyers de Charité

 

LE SOUTIEN DE LA CONFERENCE EPISCOPALE

Dans un communiqué publié le 7 mai 2020, après les révélations faites par les Foyers de Charité, le Conseil permanent de la Conférence des Evêques de France adresse avant tout ses pensées aux femmes qui ont été victimes des agissements du Père Finet. Il les remercie d'avoir "trouvé en elles la liberté intérieure nécessaire pour parler" et redit "sa détermination à agir pour éradiquer dans l'Eglise ce qui a rendu possible que de tels actes soient perpétrés et ne puissent être dénoncés".

Le Conseil permanent encourage le Père modérateur, les membres des Foyers de Charité et les amis des Foyers, dans ce "douloureux travail de révélation et de renouvellement". Il est essentiel que "le travail de vérité et de mémoire s'accompagne d'un examen des fonctionnements et des outils de vigilance".

"Le coeur des Foyers de Charité est la vie fraternelle de tous leurs membres, dans la diversité des états de vie. Cet aspect décisif doit pouvoir être mis en lumière davantage dans l'avenir"  écrivent les évêques français qui les invitent à "mener à bien ce travail de révision et de renouveau, en s'appuyant sur l'exemple et l'intercession de Marthe Robin".

L'EGLISE ET LA LUTTE CONTRE LES ABUS :

Documentaire
Emprise et abus spirituel

Aujourd’hui, la soif d’absolu est forte dans un monde occidental qui a perdu les fondements de la foi. Cela peut conduire...

27:13
Conférences des Evêques de France
Commission indépendante sur les abus sexuels en France - conférence de presse

Mr Jean-Marc Sauvé présente les avancées de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE) aux...

57:39
Sans Langue de Buis
Lutte contre les abus : une nouvelle étape ?

Reportages et témoignages après la rencontre entre des victimes d’abus sexuels et les évêques de France à Lourdes. Comment...