Contenu sponsorisé bannière careme 2024 bannière careme 2024

Quand l’Église parlait aux simples

19/10/2023

L’époque médiévale souffre, depuis le XVIIIe siècle, d’une réputation d’âge sombre, inculte et ignorant où la superstition le dispute à la violence. On lui oppose volontiers l’âge de la Renaissance, prélude de l’époque moderne où les ténèbres moyenâgeuses auraient été progressivement dissipées par les lumières de la rationalité humaine, redécouvertes à travers un âge d’or antique. Bien des travaux ont pourtant battu en brèche ces lieux communs et montrés toute la richesse de ces mille ans d’histoire. Michel Zink fait partie de ces historiens passionnés par l’éblouissante effervescence artistique, politique et sociale de cette époque. « On parle souvent à tort de « La » Renaissance, alors même que ce que nous désignons par ce mot peut être daté du XIVe siècle en Italie et du XVIe siècle chez nous. La vérité, c’est que les sociétés médiévales ont vécu une succession de renaissances », lance-t-il avec entrain. Un entretien passionné qui permet de revenir sur une valeur chère à l’époque médiévale : la simplicité. « Lorsqu’on parle des simples gens, dans la littérature du Moyen-âge, l’expression est toujours positive, car elle recouvre un sens religieux : la simplicité est une vertu biblique qui s’oppose à la duplicité du coeur diabolique. » Une occasion de jeter un regard éclairé sur cette période fascinante de l’histoire européenne.

Au risque de l’histoire

Le journaliste Christophe Dickès, et ses invités se penchent sur des moments-clés de l'Histoire de l'Eglise, pour en exposer, de manière aussi claire que précise, les enjeux et les faits.

Visiter la page de l'émission

Autres vidéos de l'émission