Contenu sponsorisé Bannière mois missionnaire Bannière mois missionnaire

#Synodalite - Pour une Eglise synodale : communion, participation et mission

10/10/2021

Édité par : Diocèse du Mans

https://www.sarthecatholique.fr/

Cette manière synodale est ancrée dans la tradition de l’Eglise. Elle émane des pères de l’Eglise eux-mêmes. Donc il s’agit au fond de marcher ensemble : le peuple de Dieu dans son entièreté, composé des baptisés, des consacrés, des ministres ordonnés, de l’évêque. D’être ensemble. Comment dire ? Il s’agit d’écouter... Aujourd’hui chacun défend son idée, qu’il pense être la bonne. Mais écouter l’autre, écouter ce que la petite grand-mère dans telle paroisse a à dire, le jeune, le père untel... En faisant cet exercice l’idée est d’écouter l’Esprit Saint. Le Pape revient là-dessus. Il dit : "Le sens de la foi est présent dans le peuple de Dieu". Pas dans les intrigues, pas dans les courants de pensée ! Ce ne sont pas des courants de pensée ou des idéologies qui s’affrontent. Justement il faut en sortir. La condition est que chacun d’entre nous, nous désirions droitement vivre avec le Christ et le suivre. Se mettre à l’écoute pour savoir ce que Dieu attend de nous à une période de l’histoire. Les synodes n’ont pas pour objet de revoir la doctrine, de refaire la foi de l’Eglise. Ça c’est acquit. Jésus est ressuscité, nous croyons en la vie éternelle, au pardon des péchés. Le credo. La question est de savoir à un temps donné ensemble ce que Dieu attend de nous pour la mission. Le Pape n’ouvre pas le synode proprement dit. Il ouvre la démarche dans laquelle il veut entraîner toute l’Eglise, qui aboutira effectivement à un synode des évêques en 2023, qui va réfléchir sur la synodalité. Nous n’avons pas des lois synodales mais des orientations avec des chantiers. Pourquoi le travail n’est pas achevé ? C’est le processus même. Les orientations doivent irriguer notre vie ecclésiale. Le propos, c’est que nous vivions de cette manière synodale. C’est exigeant ! Parce qu’en réalité ça suppose une conversion personnelle. Qui je veux suivre ? Mes idées ou le Christ ? Suis-je prêt à écouter mon frère jusqu’au bout ? Suis-je prêt à me laisser décaler s’il ne fallait, dans mes propres pensées ? Parce que tout d’un coup dans nos échanges apparaît une question qu’on n’avait pas vu au départ et qui semble être celle que Dieu nous indique. Une prière (Adsumus Sancte Spiritus - Prière attribuée à Saint Isidore de Séville - 560-636) était priée dans l’Eglise à chaque fois qu’il y avait un synode ou un concile. La faisant nôtre c’est une manière d’être en communion avec l’Eglise universelle.