Dominique Collin : Lettre de Jacques (2/2)

31/05/2021

La lettre de Jacques, court texte du Nouveau Testament, au ton vif et engagé, encore trop peu connue, est centrée sur une vigoureuse mise en garde : une foi qui serait désactivée de toute mise en oeuvre en vue de sauver ce monde serait une foi morte. Le théologien Dominique Collin, qui en donne ici un commentaire particulièrement pertinent, montre combien la foi, pour Jacques, est comme un levier « hors du monde » qui, à la manière du point d’Archimède («Donne-moi où je puisse me tenir ferme, et j’ébranlerai la Terre »), est capable d’ébranler la suffisance du monde. Telle est l’actualité étonnante de la lettre de Jacques : elle nous rappelle l’urgence de destiner la foi à ce monde intolérable afin d’y vivre comme dans un monde à venir. Un monde qui n’aurait de sens qu’à rendre l’être humain souverainement libre et sauvé de toute aliénation.