Contenu sponsorisé Bannière abonnement janvier 2021 Bannière abonnement janvier 2021

Soignants : Ceux qui se donnent corps et âmes

Dans la crise sanitaire que nous traversons, les soignants sont en première ligne pour faire face à l'afflux permanent de malades du COVID19 ... et d'autres pathologies. Découvrez ces contenus qui invitent à méditer sur la médecine et peut-être à prier pour ces personnes qui se donnent corps et âmes.

De l’âme au corps

Avec plus de 1400 lits, 485 000 journées d’hospitalisation par an, et environ 10 000 collaborateurs, le Centre hospitalier de Lausanne (C.H.U.V.) est l’un des plus grands établissements de santé de Suisse. Tous les services depuis l post-natalité jusqu’aux soins palliatifs y sont présents, mais chose rare et unique, il est également intégré en son sein, au même titre que les autres services, une équipe d’aumoniers catholiques et protestants, présente 7 jours sur 7 et 24h sur 24h. Par cette décision, l’établissement reconnait de manière claire l’importance de la spiritualité dans la prise en charge de patients. Mais comment s’est faite cette intégration de l’aumônerie aux équipes de soins ? Comment se déroule cet accompagnement au quotidien ? Et comment cela a modifié le rôle et la place des aumoniers ? UNE COPRODUCTION KTO/GRAND ANGLE PRODUCTION 2018 - Réalisé par Guillaume Terver

Covid-19 : un aumônier d’hôpital auprès des mourants

L’aumônier catholique de l’hôpital André Mignot, cellule COVID des Yvelines, a l’autorisation de se rendre au chevet des patients. Les personnes malades touchés par le coronavirus peuvent ainsi recevoir les derniers sacrements : sacrements des malades et viatique. Le père Gaël de La Croix Vaubois sj raconte les conditions difficiles, qui imposent une forte rigueur sanitaire, mais surtout ce qu’il vit auprès des malades. Il indique que ces rencontres ne peuvent être organisées que si les familles ou les patients manifestent clairement auprès du personnel soignant ou des aumôneries la demande de recevoir la visite d’un aumônier.

Prendre soin des autres, mon histoire de la médecine

A l’échelle de nos vies, la médecine progresse. Mais plus la médecine devient sophistiquée et performante, plus elle est vécue comme invasive, angoissante, déshumanisée. L’est-elle vraiment ? Pouvons-nous faire quelque chose en tant que soignant ou malade ? Avons-nous une responsabilité dans l’orientation des progrès de notre médecine ? A travers le regard d’une ancienne infirmière, ce documentaire invite à un voyage dans le temps, du code d’Hammourabi à la Règle de Saint Benoit, d’une approche théocentrique à une approche dualiste. Affaire d’homme, la médecine semble parfois s’opposer à la fragilité humaine dont elle tire pourtant sa raison d’être. Ainsi le transhumanisme s’appuyant sur les progrès de l’intelligence artificielle voit dans la médecine le viatique vers l’immortalité. Allons-nous résister à cette tentation ? Prendre soin des autres, mon histoire de la médecine - UNE COPRODUCTION KTO/GRAND ANGLE PRODUCTIONS 2020 -Réalisée par Catherine Derenne

"Il s’est engagé comme médecin humanitaire urgentiste pour des raisons de Foi":Docteur Raphaël Pitti

La soixantaine, habitant à Metz, le Docteur raphaël Pitti est un ancien médecin militaire et anesthésiste-réanimateur, qui forme aujourd’hui le personnel soignant à la médecine d’urgence dans les zones de guerre. Il a publié aux Editions Tallandier : « Va où l’humanité te porte. Un médecin dans la guerre ». Il y raconte l’urgence qui l’a porté à soigner et à s’engager auprès de ses confrères en Syrie. Un engagement en lien avec sa Foi chrétienne.

« Tout est achevé », de Marie Noël

Poème

 

« Ayez pitié, mon Dieu, de ceux qui se sont chargés de la croix des autres, de ceux qui se sont faits des sauveurs.

Sauveur de tous, donnez au médecin la Lumière. Eclairez-le dans l'obscurité d'autrui, pour qu'obligé de pénétrer dans le secret des corps et des âmes, il ne se trompe pas de route et ne blesse rien en passant.

Donnez au médecin l'Amour, pour que, chargé de sa propre peine et sans refuge peut-être pour lui-même, il trouve toujours en soi une douceur, un abri, une force pour le désespéré qui l'attend. Donnez au médecin la Grâce, pour qu'en son plus mauvais moment, dans son incertitude, sa faiblesse d'homme, son trouble, il reste toujours assez sage, toujours assez bon, toujours assez pur, digne de la douleur sacrée dont la foi s'est donnée à lui. Donnez au médecin la Fidélité dans la Miséricorde, pour qu'il n'oublie pas, n'abandonne jamais le moindre des misérables qui à lui se fie.

Donnez-lui la Force, ô mon Dieu, pour que le poids de tous ne vienne pas trop l'accabler, pour que la détresse qu'il porte n'atteigne pas trop sa joie, pour que la blessure qu'il panse ne lui fasse pas de mal. Ainsi soit-il. »

A VOIR AUSSI
Le Bourdon de Notre-Dame de Paris sonne

Ce 15 avril 2020 à 20h, le Bourdon Emmanuel de la cathédrale Notre-Dame de Paris va sonner. Un an après l’incendie, c’est également un hommage aux soignants, en ces temps de pandémie de coronavirus.

15/04/2020

Mgr de Romanet : Prière pour les soignants

L’évêque aux Armées partage sa prière pour les soignants, par l’intercession de saint Luc, patron des médecins. Il demande notamment la bénédiction du Service de santé des Armées françaises. "En ces temps d’épidémie et d’épreuve, nos pensées et nos prières vont particulièrement vers toutes les personnes engagées dans les services de santé" explique Mgr Antoine de Romanet.

24/03/2020

Audience du Pape François à la Fédération internationale de l’association catholiques des médecins

22/06/2019

Laurent Degos : Soigner une maladie ou soigner un malade ?

Par Laurent degos , Professeur à l’Université Paris VII

07/10/2013