Contenu sponsorisé Bannière abonnement janvier 2021 Bannière abonnement janvier 2021

Légalisation de l’IVG en Argentine : les évêques argentins dénoncent le vote du Sénat

Publié le 31/12/2020

Dans un communiqué publié ce mercredi 30 décembre, la Conférence Episcopale Argentine déplore le vote des sénateurs qui ont adopté la dépénalisation de l'avortement par 38 votes contre 29.

« L’Eglise d’Argentine veut rassurer tous ses frères et sœurs de différentes croyances et aussi les nombreux non-croyants qu’elle continuera à travailler avec fermeté et passion pour servir la vie. Cette loi qui vient d’être votée creusera encore plus les divisions au sein de notre pays. Nous regrettons profondément l'éloignement d'une partie du pouvoir qui n'a pas écouté le peuple qui s'est exprimé de différentes manières en faveur de la vie aux quatre coins de notre pays », affirme la Conférence Episcopale Argentine dans le communiqué de presse.
 
En effet ces derniers jours l’Eglise et les militants du réseau d’associations Unidad Provida se sont massivement mobilisés, alors que les sondages d’opinion montrent que 70 à 90 % de la population argentine se disent opposés la légalisation de l’avortement. « Nous sommes certains que notre peuple continuera de toujours choisir la vie et toutes les vies », ajoute la Conférence Episcopale dans son communiqué. « Nous saluons chaque Argentin et chaque Argentine, ainsi que les députés et sénateurs qui se sont courageusement manifestés en faveur de la vie. Défendre toujours la vie, sans condition, nous permettra de construire une Nation juste et solidaire, où personne ne sera rejeté et où nous pourrons vivre une vraie culture de la rencontre »

Communiqué de la CEA

Arborant des drapeaux bleu ciel, la couleur de leur mouvement, les militants Unidad Provida ont manifesté à Buenos Aires toute la journée du mardi 29 ainsi qu’une partie de la nuit jusqu’au vote intervenu à 4h du matin.


Traduction : La « Majorité Azur » lance la révolution de la vie et répondra dans les urnes en 2021. Adopter l’avortement est une trahison de la classe politique envers le peuple argentin.


Crédit photo : compte Twitter de Unidad Provida 

L'Argentine et la légalisation de l'IVG :

 

- Une loi de 1921 interdit l’avortement en Argentine sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère.

- En mai 2006, sous la pression d’organisations féministes, une commission travaille sur une proposition de loi pour dépénaliser l’avortement.

- En mars 2012, la cour suprême statue que l'avortement en cas de viol ou de risque pour la vie de la femme est légal et qu'une déclaration sous serment d'avoir été violée est suffisante pour autoriser un avortement légal.

- En juin 2018, les députés adoptent un projet de loi légalisant l’IVG, mais les sénateurs rejettent le texte, avec sept voix de différence.

- Le 11 décembre 2020, les députés adoptent un nouveau texte, qui légalise l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse et sans condition.

- Le 30 décembre 2020, les sénateurs adoptent le texte à leur tour. Après Cuba, le Guyana et l’Uruguay, l’Argentine devient le quatrième pays du continent latino-américain à légaliser l’IVG.


Traduction : Le message du Pape François avant le débat sur l’avortement en Argentine : « Toute personne rejetée est un enfant de Dieu »

Tweet issu de l’Académie Pontificale des Sciences