Contenu sponsorisé Bannière Œuvre d'orient 12/2022 Bannière Œuvre d'orient 12/2022

Affaire Santier : de nouvelles victimes se présentent, l'épiscopat français réagit

Publié le 21/10/2022

La révélation de sanctions contre Mgr Michel Santier, évêque émérite de Créteil, secoue l’Église de France. Mgr Dominique Blanchet, actuel évêque de Créteil, appelle les personnes victimes à se faire connaître.

Chronologie de l'affaire Santier

A l'occasion d'une conférence de presse, le 7 novembre 2022, donnée durant l'assemblée plénière de Lourdes, Mgr Eric de Moulins-Beaufort a retracé la chronologie de l'affaire Santier.

Une semaine après les révélations, l’affaire Santier continue de susciter émoi et colère. Dans un communiqué, le président de la Conférence des évêques de France Mgr Éric de Moulins-Beaufort affirme : « Le sentiment de trahison, la tentation de découragement sont autant d’émotions que je comprends et qui nous traversent, tout comme l’incompréhension et la colère de beaucoup devant les actes eux-mêmes. J’entends et je reçois aussi les critiques formulées autour de l’absence de communication des mesures romaines quand elles ont été édictées. » « Nous devons réfléchir à des changements dans nos procédures, dans notre façon de les mener comme d’en communiquer les résultats », déclare Mgr Éric de Moulins-Beaufort.

La veille, jeudi 20 octobre, Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, annonce avoir reçu de nouveaux signalements « pour des faits commis par Mgr Michel Santier dans le cadre de son ministère de prêtre alors qu’elles étaient jeunes adultes ». Cette information a été remontée au Dicastère pour la doctrine de la foi via la Nonciature apostolique et au procureur de la République.

À la suite des nouveaux signalements, Mgr Dominique Blanchet a signé une lettre, qui a été lue dimanche dans les paroisses de ce diocèse précédemment administré par Mgr Santier : « J’ai conscience de votre trouble et de votre colère d’apprendre aujourd’hui ces faits, alors que vous savez que je les connaissais ».

Mgr Blanchet écrit également : « Il nous faut envisager la possibilité que Mgr Santier ait pu commettre de tels abus dans le cadre de son épiscopat à Créteil. Si tel était le cas, je supplie les personnes victimes qui le voudraient, de se manifester auprès de la cellule d’écoute diocésaine. »

Le 26 octobre, Mgr Jacolin s’exprimait sur l’affaire Santier. L’évêque de Luçon a exprimé sa consternation fasse aux « abus spirituels gravissimes » commis, et qu’il condamne fermement : « Au regard de ces faits, je ne comprends pas que Michel Santier ait accepté une charge épiscopale et devienne ainsi évêque du diocèse de Luçon en 2001 », a-t-il dit. À la suite de l’appel à témoin de l’archevêque de Rouen, Mgr Lebrun, Mgr Jacolin a lui aussi demandé aux victimes du diocèse de Luçon de « se manifester auprès de la cellule d’écoute, en vue d’une reconnaissance des faits subis, d’un accompagnement pour un chemin de réparation, et d’un désir d’une mise en lumière pour une vérité nécessaire ».

Révélation des sanctions canoniques

Le 14 octobre 2022, Famille Chrétienne révèle les abus commis par Mgr Michel Santier, alors prêtre du diocèse de Coutances dans les années 1990. Directeur de l’École de la foi à Coutances, une école de formation à la prière d’un an pour des jeunes de 18 à 30 ans, Mgr Santier a exercé une emprise spirituelle sur deux jeunes majeurs, avec détournement du sacrement de la réconciliation à des fins sexuelles.

Les victimes ont dénoncé les faits en 2019 auprès des autorités ecclésiales. Le 5 décembre 2019, Mgr Michel Aupetit, en qualité d’archevêque métropolitain, adresse un dossier de signalement à Rome. Mgr Santier présente, au cours de la même période, une lettre de démission de sa charge d’évêque de Créteil au pape François.

Le 6 juin 2020, le pape François accepte la démission de Mgr Michel Santier. Dans une lettre aux fidèles de Créteil, il fait alors état de problèmes de santé l’empêchant de continuer sa mission, ainsi que « d’autres difficultés ». Sa démission n’est pas immédiatement effective, puisqu’il doit attendre la nomination d’un nouvel évêque pour le diocèse de Créteil. Mgr Santier précise : « Cependant je serai plus en retrait, relayé par les vicaires généraux et épiscopaux ».

Entre temps, en octobre 2021, les sanctions disciplinaires prises par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sont signifiées à Mgr Michel Santier. Le 9 janvier 2021, il quitte officiellement sa charge et se retire à l’abbaye Saint-Sauveur-le-Vicomte. Il y assure un ministère restreint. Il doit mener « une vie de pénitence et de prière » et assure les fonctions d’aumônier de la communauté, sans pour autant exercer de ministère public.