"Conserver & progresser"

Avec Blanche Streb, Pierre-Yves Gomez, François-Xavier Pérès et Tugdual Derville

"être présent"

Avec Valérie Boulanger, François-Xavier Bellamy, Caroline Roux et Tugdual Derville

"Se donner le temps"

Avec Caroline Roux, Martin Steffens, Xavier Mirabel et Tugdual Derville
 

"Vivre avec son temps"

Avec Tugudal Derville, henri de Soos, Blanche Streb et Damien Desjonquères

3 QUESTIONS À TUGDUAL DERVILLE

KTO - Les Etats-Généraux de la bioéthique sont lancés le 18 janvier. Quels en sont les enjeux pour notre pays ? Et pour les catholiques ?

Tugdual Derville - Ces États généraux sont un processus participatif organisé par le Comité consultatif national d’éthique avant la révision de la loi. Derrière le mot bioéthique, c’est la façon de concevoir la vie humaine qui est en jeu. À partir des techniques artificielles de procréation, un marché mondial de la PMA et de la recherche sur l’embryon s’est développé. La France a avalisé la plupart de ces techniques, dès sa première loi bioéthique, en 1994, tout en résistant à ce marché, avec plus ou moins de fermeté. Il ne faut pas être naïf : chaque révision de la loi a avalisé de nouvelles dérives. La recherche sur l’embryon humain a été initialement interdite en France, puis interdite « avec dérogation », puis autorisée de façon prétendument encadrée...

En 2018 arrive l’offensive de la « PMA pour toutes », c’est-à-dire la conception d’enfant avec donneur de sperme anonyme pour les femmes seules ou vivant ensemble. Exit le père ! L’étape suivante serait la GPA (mères porteuses), pour le moment proscrite. Certes, de nouveaux sujets nécessitent qu’on y réfléchisse pour protéger l’humanité. Je pense à l’intelligence artificielle et aux « big data »; les bases de données médicales peuvent contribuer à nous protéger mais aussi menacer notre liberté… Cependant, rouvrir sans-cesse le débat bioéthique, c’est abandonner les repères durables. Verser la « fin de vie » dans ces débats où prévaut le relativisme éthique serait donc dangereux. Les catholiques appuient au contraire leur réflexion sur un socle cohérent et rationnel : le respect de la vie et de la dignité humaine, à tous les stades de l’existence. Ce respect ne devrait pas se discuter.

Sur ces problématiques éthiques, la société française semble prête à accepter des évolutions que l’on peut considérer comme des transgressions inédites. Que dire ? Que faire ?

À nous de rappeler que la mission du politique n’est pas de se soumettre aux émotions collectives manipulées par de petits groupes à fort impact médiatique, mais de servir le bien commun, c’est-à-dire celui de chacun et de tous. Ces transgressions bafouent l’intérêt des plus fragiles (notamment les enfants). Elles touchent aussi à l’intégrité de l’humanité future. Avec la technique du CRISPR-Cas 9 (sorte de ciseau génétique), la Chine conçoit déjà des embryons humains génétiquement modifiés… Au Mexique est né le premier bébé à trois parents génétiques. Des chercheurs travaillent sur un utérus artificiel. On joue avec le feu.

"Nous devons apprendre à témoigner d’un mode de vie alternatif, marqué par l’humble et courageux respect du plus petit."

Il faut entrer en résistance et défendre l’altérité homme-femme dans l’engendrement, la valeur de la maternité et de la paternité, et la famille fondée sur la fidélité sexuelle, précieux écosystème pour l’épanouissement durable de l’être humain. La France peut et doit résister à l’utilitarisme anglo-saxon. Quant à nous, nous devons apprendre à témoigner d’un mode de vie alternatif, marqué par l’humble et courageux respect du plus petit.

Dans ce contexte particulier, Alliance Vita organise son Université de la Vie, cycle de formation en quatre soirées largement ouvertes à tous. Pourquoi cette proposition ? Et qu’attendez-vous du relais de ces soirées par KTO ?

Ouverte à tous (chrétiens ou pas), ces soirées permettent de mieux comprendre ces enjeux pour agir efficacement. Rester seul, c’est être démuni avec le risque d’être manipulé. Dans 140 salles, nous rassemblons les personnes de bonne volonté pour former les consciences sur ces sujets qui nous concernent tous. Chacun peut devenir un relais d’information autour de lui pour appeler le plus grand nombre au bon sens. Beaucoup de ceux qui se disent pour la « PMA pour toutes » sont vite convaincus de son injustice quand on les invite à se situer « du côté de l’enfant » privé de toute référence paternelle… Qu’une partie de nos soirées soit relayée par KTO nous donne la chance de toucher beaucoup plus de personnes. Les plus fragiles ont tant besoin d’avocats !

 
DANS L'ACTUALITÉ

Janvier 2018
Les français et la bioéthique : un sondage qui fait débat

Avant le lancement des Etats Généraux de la Bioéthique, Guillaume Goubert de La Croix et Antoine Pasquier de Famille Chrétienne échangent sur le sondage publié le 3 janvier par La Croix.

Janvier 2018
Les enjeux des Etats Généraux : interview de Tugudal Derville

Interview vidéo de Tugdual Derville, délégué général d'Alliance Vita.

Septembre 2017
Belgique : les Frères de la Charité en faveur de l'euthanasie

Le magazine d'actualité revient sur la décision des Frères de la Charité de Gand en Belgique, qui ont réaffirmé leurs orientations en faveur de l´euthanasie prises en mai 2017.

PAROLES D'EGLISE

Sans Langue de Buis
Dialogue avec Mgr D'Ornellas

Conférence des évêques de France
Mgr Pontier : "l'enfant est un don"