Bien Commun, KTOCette semaine, la Foi prise au Mot se questionne sur les fondements de la société en invoquant la notion de Bien commun. Inventé par les Grecs, repris et formulé par saint Thomas d´Aquin, le concept de bien commun a longtemps été l´alpha et l´oméga de toute la théorie chrétienne sur la société. Les individus devaient faire céder leurs intérêts particuliers devant le bien commun. Mais les idéologies du 20e siècle comme le nazisme ou le communisme ont  abusivement invoqué le bien commun pour asservir les masses.

Les idéologies du 20e siècle comme le nazisme ou le communisme ont  abusivement invoqué le bien commun pour asservir les masses.

Dans le même temps et comme par réaction la liberté individuelle érigée en modèle est devenue la norme dans une société d’abondance aux valeurs consuméristes. Mai 68, le développement débridé de l’objection de conscience, la fin du communisme ont fini de mettre à bas un système organisé autour de la recherche du bien commun. Plutôt que vérité objective, le bien commun, sous le prisme libéral, se résume à la rencontre souvent hasardeuse d’intérêts particuliers.

Peut-on faire société lorsque le bien commun n’est plus la préoccupation première? 

Peut-on faire société lorsque le bien commun n’est plus la préoccupation première? Pour répondre à ces questions passionnantes nous recevons un invité : le père Tanguy-Marie Pouliquen, frère et prêtre au sein de la Communauté des Béatitudes, il enseigne la philosophie et la théologie à la Faculté de Théologie de l'Institut Catholique de Toulouse. Diffusé à 20h40.

 

Les autres épisodes de la Foi prise au Mot