Face aux Chrétiens

Jeudi à 20h40

Présenté par Frédéric Mounier ou Dominique Gerbaud.

Émission créée en 1997 par le quotidien La Croix en partenariat avec le réseau des Radios chrétiennes francophones (RCF) et Radio Notre-Dame, Face aux chrétiens est le forum politique des médias chrétiens. Chaque semaine une personnalité de la vie politique, économique, sociale, intellectuelle ou religieuse est interrogée pendant une heure par les journalistes représentants les rédactions partenaires, offrant une véritable mise en perspective de l'actualité.

Face aux Chrétiens

Maël de Calan / Face aux Chrétiens

Maël de Calan, candidat à la présidence des Républicains, est l´invité de « Face aux chrétiens » jeudi 16 novembre 2017. Favorable au principe de la primaire, Maël de Calan estime que ce serait « une erreur mortelle » de faire du futur président de LR le candidat à la présidentielle. A ses yeux, une primaire permet d´associer la droite et le centre pour avoir la certitude d´avoir un candidat au second tour. Favorable à une « réécriture partielle de la loi Taubira pour aller dans le sens de l´adoption simple », Maël de Calan se dit opposé à la PMA. Se disant « conservateur modéré alliant prudence et optimisme » , il estime qu´ « un enfant a besoin d´un père et d´une mère » et que « la main du législateur doit trembler lorsqu´on touche un fondement anthropologique de l´humanité. » Rappelant que son concurrent Laurent Wauquiez a changé d´avis à plusieurs reprises sur l´Europe, Maël de Calan a fustigé la présence au Parlement européen de personnalités anciennes de la droite telles que Rachida Dati, Michelle Alliot-Marie, Nadine Morano : « On sape délibérément les conditions de notre influence ». Il confirme l´impératif européen qui figure dans la Charte des valeurs des Républicains.

Diffusé le 17/11/2017 / Durée : 52 minutes Nous écrire
Les prochains "Face aux Chrétiens" sur KTO
  • 23/11/2017 20:40 : Face aux Chrétiens
  • 23/11/2017 21:01 : Face aux Chrétiens
  • 23/11/2017 21:22 : Face aux Chrétiens
Les vidéos de l'émission
  • Vendredi 10 novembre 2017

    Jean-Claude Mailly

    Jean-Claude Mailly
    Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, est l´invité de « Face aux chrétiens » le jeudi 9 novembre 2017.Confronté à l´évolution du syndicalisme, le secrétaire général de Force Ouvrière réaffirme l´orientation réformiste de son syndicat : « Ce fut le cas de tous temps. » Il convient que, lors de la concertation sur les ordonnances, celle-ci fut parfois « difficile à expliquer à certains militants. »Très favorable au processus de concertation expérimenté autour des ordonnances, Jean-Claude Mailly garde un souvenir mitigé de la loi El Khomri : « Il n´y a pas eu de concertation. Nous avons découvert le projet dans la presse. » Il souligne la « différence de contexte » avec la situation présente, se félicitant d´ « avoir fait bouger les lignes » tout en pointant « certains éléments qui poseront des problèmes ». Le secrétaire général de Force Ouvrière a alerté le président de la république sur « le sentiment d´injustice » qui se développe face à la politique du gouvernement. Il constate que partout en Europe se développe un tel climat. A ses yeux, la fameuse théorie du ruissellement, selon laquelle l´argent des plus riches, une fois libéré, ira naturellement soutenir l´investissement, ne se vérifie pas dans les faits.
  • Vendredi 3 novembre 2017

    Fabienne Keller

    Fabienne Keller
    La sénatrice Les Républicains du Bas-Rhin, proche des « Constructifs » et du Premier ministre est l´invitée de « Face aux chrétiens », émission organisée par La Croix, KTO, RCF et Radio Notre Dame. Interrogée sur les six premiers mois de présidence Macron et de gouvernance Philippe elle s´est dite confiante car elle « retrouve les grandes lignes que nous avions choisies avec Alain Juppé ». En revanche elle n´est « pas favorable aux critères de revenus pour les allocations familiales car c´est un dispositif très partagé, consensuel, et toutes les familles françaises doivent en être bénéficiaires. » Elle est également inquiète de la vision jacobine des actuels gouvernants. « Le terrain fait mieux que le national. Il faut laisser de la marge de manoeuvre aux territoires et aux personnes qui s´y investissent. Et il y a une désespérance des zones rurales en raison de l´absence d´accès au numérique et aux soins. » Concernant la Procréation médicalement assistée, Fabienne Keller commence par dire son « opposition très ferme à la GPA, marchandisation du corps de la femme », mais se dit « en capacité à voter la PMA si elle est bien encadrée et s´il y a un débat apaisé et respectueux des différences. Je fais confiance au débat et aux témoignages. » Fabienne Keller affirme être inquiète de l´évolution de son parti Les Républicains qui n´est plus à ses yeux un rassemblement et perd toujours des adhérents. « Les Républicains ont besoin d´une refondation. Laurent Wauquiez a pris le leadership, mais je suis de plus en plus inquiète car il se radicalise et se droitise. Nous avons un vrai travail de fond à faire sur nos convictions car le mouvement LR n´est plus très attractif. »
  • Vendredi 27 octobre 2017

    Aurore Bergé

    Aurore Bergé
    Aurore Bergé, porte parole du groupe des députés La République en Marche est l´invitée de « Face aux chrétiens », émission organisée par La Croix, KTO, RCF et Radio Notre Dame. Interrogée sur les premiers mois de la présidence Macron elle n´a pas voulu reprendre l´opposition entre progressistes et conservateurs. «Le clivage entre droite et gauche est dépassé et je ne sais pas ce que veut dire le progressisme. La République en Marche introduit une autre forme de politique. Il y a clairement un clivage entre les conservateurs et les libéraux. On peut avoir une double appartenance politique à partir du moment où on rejoint les engagements du Présidents et le contrat passé par Emmanuel Macron avec le pays.» Evoquant la procréation médicalement assistée, Aurore Bergé a rappelé que le Parlement a pris un engagement. «Nous devons réviser les lois de bioéthique avec la PMA et la fin de vie. La PMA, c´est un enjeu d´égalité des droits pour les femmes qu´elles soient homosexuelles ou hétérosexuelles. La PMA n´est pas une ouverture à la GPA qui est d´une autre nature. La GPA fait appel à quelqu´un d´extérieur où il y a une soumission de la femme. J´y suis extrêmement opposée car on commercialise le corps de la femme.» Pour la fin de vie, Aurore Bergé estime que le législateur doit d´abord «être à l´écoute de la communauté médicale». La députée des Yvelines a abordé la question du harcèlement sexiste. « Pour que la parole se libère, il faut que les femmes se sentent écoutées. Il faut un cadre législatif qui permette aux femmes de s´exprimer dans un cadre plus serein que celui des réseaux sociaux, pour pouvoir s´exprimer sans avoir peur de le faire.» Pour elle «la suppression de l´ISF n´est pas un cadeau fait aux riches, c´est un choix d´efficacité. C´est un choix économique. Il y a un impôt inefficace, on le supprime.»
  • Vendredi 20 octobre 2017

    Olivier Faure

    Olivier Faure
    Olivier Faure, président du groupe Nouvelle Gauche à l´Assemblée nationale, était l´invité de « Face aux chrétiens » jeudi 19 octobre 2017. Lucide sur les difficultés actuelles du Parti socialiste, qui doit vendre son siège et licencier de très nombreux permanents, Olivier Faure estime qu´une «nouvelle génération doit prendre le relais, et surtout s´affranchir des débats du passé, des contentieux qui ne sont plus d´époque, des courants qui ressemblaient à des postures. » Olivier Faure dénonce « l´outrance » de Jean-Luc Mélenchon, et son « discours marginalisant et perdant », sa « complicité objective » avec le pouvoir qui rentre avec lui dans un « jeu d´épouvantails réciproques ». Considérant que « seul l´amour doit être pris en compte », Olivier Faure dit ne pas craindre la marchandisation des gamètes, ni le glissement possible de la PMA vers la GPA au titre de l´égalité entre couples d´hommes et couples de femmes. Il regrette que le président Macron veuille, sur ce dossier, « donner des gages à ceux qui s´y opposent ».
  • Vendredi 13 octobre 2017

    Adrien Quatennens

    Adrien Quatennens
    Adrien Quatennens, député France Insoumise du Nord, est l´invité de « Face aux chrétiens » jeudi 12 octobre 2017. Répondant aux accusations d´islamo-gauchisme à l´encontre de France Insoumise, Adrien Quatennens estime que « le droit commun permet de s´attaquer au terrorisme ». A ses yeux, le combat contre l´islamisme est avant tout « un combat culturel pour une laïcité réelle» et ne « justifie en rien un état d´urgence ». Adrien Quatennens dit sa « grande inquiétude » devant la prolifération, en Europe, de revendications indépendantistes, dues selon lui aux politiques d´austérité antisociales. Il appelle à une « médiation politique ». Se déclarant « résolument opposé à la GPA et à la marchandisation du corps féminin », le député France Insoumise du Nord estime néanmoins que l´ouverture de la PMA relève de l´avancée des droits pour tous.
  • Vendredi 6 octobre 2017

    Enrico Letta

    Enrico Letta
    Enrico Letta, l´ancien Premier ministre italien, désormais directeur de l´Ecole des affaires internationales de Sciences Po Paris est l´invité de « Face aux chrétiens », émission organisée par La Croix, KTO, RCF et Radio Notre Dame. Interrogé sur la volonté d´une partie de la Catalogne d´être indépendante, Enrico Letta regrette cette décision mais y voit « la peur des Catalans de perdre leur identité face à une mondialisation accélérée. » Il ajoute que « L´Europe doit se faire sinon nos pays ne seront que des petits pays. » Elle reste très attractive et « tous les parents du monde voudraient que leurs enfants soient élevés en Europe». Il souhaite que l´Europe en tire les leçons et qu´elle se concentre sur ce qui fait sa force : ses valeurs. « Les jeunes sont très attachés aux valeurs européennes. Je crois à une Europe qui sera une puissance des valeurs : l´interdiction de la peine de mort, la parité homme-femme, la laïcité de l´Etat, les droits sur le climat, les droits des travailleurs. Dans la moitié des pays du monde, ces valeurs ne sont pas appliquées. » Enrico Latta ne considère le Brexit comme une catastrophe pour l´Europe. « C´est même une chance pour l´Europe. Elle pourra harmoniser sa fiscalité alors que les Britanniques bloquaient tout ». L´ancien Premier ministre italien reconnaît que « le bilan de la politique migratoire est négatif car les Etats n´ont pas voulu déléguer au niveau européen des missions qu´ils considéraient comme régaliennes. A l´avenir, lorsqu´un pays sera débordé par une arrivée massive de migrants, il faudra un mécanisme automatique de répartition de ces migrants, sans discussion politique avec les pays. » Parmi les idées émises par le président Macron, Enrico Letta retient celle d´un « Erasmus élargi aux lycéens qui pourraient faire quatre ou cinq mois de leur temps de lycée dans un pays européen. » L´ancien Premier ministre qui interviendra lors des Semaines sociales de France (18 et 19 novembre à Paris) sur le thème « Quelle Europe voulons-nous ? » souhaite que l´Europe revoit son fonctionnement, qu´il y ait « une Europe à plusieurs vitesses autour du noyau dur de la zone euro, sinon on ne fera rien car la Pologne et la Hongrie bloqueront tout ce qui change. »
  • Vendredi 29 septembre 2017

    Pierre Laurent

    Pierre Laurent
    Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, est l´invité de « Face aux chrétiens » jeudi 28 septembre 2017. Attentif aux réactions syndicales contre les ordonnances, notamment du côté des fonctionnaires, Pierre Laurent estime que « ça va aller grandissant » . Face à cette vague, il estime que le PCF « doit entreprendre des changements importants et refonder sa capacité à accompagner les initiatives visant à transformer la société. » Quitte, éventuellement, pour le PCF, à changer de nom... « Les migrations vont faire partie du monde du XXI ème siècle » estime Pierre Laurent. Il appelle de ses voeux une « politique positive à l´échelle européenne », sachant qu´à ses yeux « ce sont les inégalités mondiales qui nourrissent les migrations. » Attentifs aux militants et électeurs communistes qui l´ont quitté pour le FN, Pierre Laurent estime que « l´avenir est à la reconstruction d´une société de développement social partagé pour tous, et pas les uns contre les autres ». Pour lui, l´adversaire à combattre n´est pas le migrant, mais « l´accumulation des richesses de plus en plus inégalitaire ».
  • Vendredi 22 septembre 2017

    Jean-Pierre Raffarin

    Jean-Pierre Raffarin
    Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre, est l'invité de "Face aux chrétiens" jeudi 21 septembre 2017. Confiant dans la reconduction d'une majorité LR au Sénat, Jean-Pierre Raffarin manifeste une "bienveillance attentive" à l'égard de la politique du gouvernement, notamment sur le code du travail et sur les économies budgétaires. "Il ne faut pas abandonner la droite macroniste" dit-il, et "éviter la dérive à gauche du système Macron."Considérant qu'"un enfant a besoin d'un père et d'une mère", Jean-Pierre Raffarin regrette le retour du débat sur la PMA, et apprécie que le président de la république ait temporisé. Inquiet de "l'imprévisibilité" du président Trump, et de ses "provocations" devant l'ONU, Jean-Pierre Raffarin estime que la France doit aider Pékin et Washington à définir une position commune vis à vis de la Corée du Nord. A ses yeux, celle-ci est engagée, "depuis trois générations", dans une " stratégie défensive" face aux Etats-Unis. Emmanuel Macron ayant établi de bonnes relations avec Pékin et Washington, il pourrait jouer un rôle de facilitateur.
  • Vendredi 15 septembre 2017

    Yaël Braun-Pivet

    Yaël Braun-Pivet
    Yaël Braun-Pivet, députée LREM des Yvelines, présidente de la Commission des lois de l'Assemblée nationale, est l'invitée de "Face aux chrétiens" jeudi 14 septembre 2017. "Il ne faut jamais avoir peur de la concertation" a insisté Yaël Braun-Pivet, rappelant que le dossier de la PMA ne doit pas se traiter dans l'urgence. A ses yeux, "il s'agit d'une avancée dans la vie des femmes". Pour autant, rappelant qu'elle est elle-même, mère de cinq enfants, la présidente de la Commission des lois affirme qu'"aucun projet n'est sur la table du conseil des ministres". Issue d'une lignée de migrants, Yaël Braun-Pivet voit dans l'immigration une chance pour la France : "Nous ne pouvons pas dire qu'il faut se protéger des migrants". A ses yeux, l'excellence républicaine permet de mixer les cultures, d'avoir une ouverture sur le monde, tout en abordant cette problématique avec responsabilité. Récusant l'accusation selon laquelle le gouvernement voudrait intégrer l'état d'urgence dans le droit, la présidente de la commission des lois, qui examine en ce moment ce projet de loi, considère qu'il faut " sortir de l'état d'urgence, tout en adoptant une législation spécifique pour lutter contre la menace terroriste."
  • Vendredi 8 septembre 2017

    Florence Portelli

    Florence Portelli
    Florence Portelli, candidate à la présidence des Républicains, est l'invitée de "Face aux chrétiens" le jeudi 7 septembre 2017. Très opposée aux "grand-messes où l'on écoute la divine parole", Florence Portelli veut être, au sein de LR, la "candidate des militants" : "Il faut écouter les gens, rompre avec le fonctionnement extrêmement jacobin et vertical.". De même, Florence Portelli est très sévère vis à vis des "Constructifs" et des membres de LR ministres du président Macron, qu'elle assimile à des "traitres". Très éprouvée par les campagnes primaire et présidentielle qu'elle a menées jusqu'au bout avec François Fillon, son ancienne porte-parole fustige "l'orchestration" et le "complot" dont a été victime, à ses yeux, son candidat. "Mais je ne regrette rien !" a-t-elle conclu. Reconnaissant que la réforme "va dans le bon sens", Florence Portelli insiste sur "l'assassinat" des collectivités territoriales, devenues de la " chair à canon". Très opposée à la suppression de la taxe d'habitation, la maire de Taverny (Val d'Oise) souhaite que le gouvernement ne stigmatise pas les fonctionnaires, soit attentif aux bas salaires et au sort des jeunes seniors.