Au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, l’Église Saint-Jacques du Haut-Pas dans le 5eme arrondissement de Paris, était remplie d’une foule où se trouvaient de nombreux chrétiens « non-pratiquants ». Entre les 70% de Français qui se reconnaissent catholiques et les 4,5% qui se rendent à la messe le dimanche existe une grande variété de pratiquants occasionnels. Certains considèrent que l’engagement social l’emporte sur la pratique rituelle, d’autres que c’est la dernière qui doit avoir le dessus. La tradition insiste invariablement sur leur lien intrinsèque à l’image du scribe et du potier que l’on trouve dans la Bible.

Émission de formation chrétienne, La Foi prise au mot vous propose de réfléchir à la question difficile pour l´Église de attitude qu’elle doit adopter avec nos contemporains, très majoritaires, qui se disent chrétiens, mais ne vont pas à la messe. Faut-il leur reprocher leur manque de pratique religieuse ? Faut-il tout faire pour les ramener au bercail du rendez-vous dominical, ou trouver d´autres manières de leur parler de Dieu ? Et surtout, est-ce que la pratique dominicale est un bon indicateur pour évaluer la foi des fidèles ?

Pour répondre à ces questions complexes, nous recevons Marie-France Bergerault, auteur de « Une rencontre à vivre : les sacrements » (Éditions Vie chrétienne), et David Sendrez, enseignant à l´École cathédrale et vicaire à Saint-Jacques du Haut-Pas, qui vient de publier « L’expérience de Dieu chez Karl Rahner » (Éditions Parole et Silence). 

"La Foi Prise Au Mot : croire sans pratiquer ?", à regarder sur KTO et ktotv.com dimanche 4 février à 20h40, et à retrouver ensuite ici. 

Retrouvez tous les épisodes de La Foi prise au Mot