Peuplé de 53 millions d’habitants environs, le Myanmar (Birmanie) sort de 50 ans de junte militaire. Depuis 2011 de nouvelles libertés (liberté de manifester, liberté de la presse…) sont octroyées au compte-goutte. La victoire de la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), le parti du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, en 2015 suivie par l’élection à la présidence d’un de ses membres ne semble pas avoir accéléré ce lent processus d’ouverture. La population continue de subir les conséquences des conflits ethniques et religieux qui traversent le pays et favorisent les trafics en tout genre.

C’est dans ce contexte que le pape François ira, le 27 novembre prochain, à la rencontre des catholiques qui représentent 1% d’une population presque exclusivement Bouddhiste. Quelle est la position de l’Église catholique Birmane concernant l’évolution du régime, la réforme attendue d’un système éducatif qui a beaucoup souffert de la dictature et les conflits ethniques et religieux ?

Pour comprendre les enjeux du voyage que le souverain pontife entreprendra fin novembre, les équipes du magazine Hors-les-Murs ont été à la rencontre du Cardinal Archevêque de Rangoon, la capitale économique du pays, Mgr Charles Bo. Sur place, nos reporters se sont intéressées à la façon dont les catholiques vivent les changements que connait le pays, à la formation des prêtres et aux conflits ethniques notamment dans l’État Kachin où des chrétiens sont opprimés. 

A la découverte de l'Église catholique du Myanmar, Hors-les-Murs, diffusé à 20h40 et à revoir ensuite ici