Mercredi 26 novembre 2014, Saint Jean Berchmans

Nos émissions

Les Mardis des Bernardins

Mardi à 20h40

Débat retransmis depuis le Collège des Bernardins. Un panel d'intervenants venus de différents horizons éclaire la question du jour.

Plus d'informations sur le site des Bernardins, en suivant ce lien.

Diffusé dans
 
  • Envoyer

    Envoyer à un ami
  • Lire

    Voir la video

Cette semaine

Les migrants et l'Europe, selon le Pape François
Le soutien aux personnes migrantes s'impose comme l'un des axes marquants du pontificat du Pape François. Devant les drames vécus aux portes de l'Europe, ses propos veulent réveiller les consciences. Ils dérangent même, à l'image des réactions de la classe politique italienne lors de l'annonce de sa première visite dans le pays, sur l'île de Lampedusa. Après plusieurs naufrages d'embarcations clandestines, le Saint-Père y est allé pour "pleurer les morts" et a fustigé la globalisation de l'indifférence. "Je demande à tous les hommes et à toutes les femmes d'Europe d'ouvrir les portes de leur coeur" a répété le pape début octobre en accueillant au Vatican des survivants. Ce 25 novembre 2014, le Pape François a répondu à l'invitation du Parlement européen et à celle du Conseil de l'Europe à Strasbourg pour adresser un message aux peuples européens. Retour sur ses discours qui appelleront sans nul doute à poursuivre le débat sur l'immigration en Europe. Une émission présentée par Vincent Neymon, en partenariat avec le Collège des Bernardins, KTO, Radio Notre Dame et RCF. Invités : Jean-Louis Touraine, député PS du Rhône, chargé d'un rapport sur la réforme du droit d'asile en France ; Jérome Chartier, député UMP du Val d'Oise ; Jean-Louis Jérôme Vignon, chargé par le Ministre de l'Intérieur d'une mission sur la situation des migrants de la région de Calais, président des Semaines sociales de France ; et Gérard-François Dumont, économiste et démographe, professeur à l'université Paris IV.

 
  • Envoyer

    Envoyer à un ami

La semaine prochaine

Eglise et mémoire tchèque, entre liens et blessures
Contrairement aux autres nations d'Europe centrale (polonaise, slovaque, hongroise), l'identité tchèque s'est forgée principalement contre l'Église catholique. Le mouvement national tchèque est souvent présenté comme parallèle à celui de la sécularisation. Si les temps forts de l'histoire nationale sont liés à ceux de l'Église, c'est de façon négative. Comment séparer la réalité historique du mythe national ? L'Église, au-delà de ce stigmate, n'est-elle pas une institution vivante, susceptible de former et même de guérir la mémoire du peuple tchèque (commémorations, réconciliation, etc.) ? Comment la société laïque peut-elle accueillir un tel apport d'une institution jugée souvent trop traditionnelle et conservatrice ? Avec la participation de : S.E. Duka Cardinal, archevèque de Prague ; Fr. Ludvik Grundman, théologien ; Patrick Guyomard ; P. Tomàs Petracek, professeur d'histoire de l'Eglise à la faculté de théologie de Prague.

 

Les vidéos de l'émission

Les Mardis des Bernardins - Diffusé le 25/11/2014 / Durée :52 mn

Les migrants et l'Europe, selon le Pape François

Le soutien aux personnes migrantes s'impose comme l'un des axes marquants du pontificat du Pape François. Devant les drames vécus aux portes de l'Europe, ses propos veulent réveiller les consciences. Ils dérangent même, à l'image des réactions de la classe politique italienne lors de l'annonce de sa première visite dans le pays, sur l'île de Lampedusa. Après plusieurs naufrages d'embarcations clandestines, le Saint-Père y est allé pour "pleurer les morts" et a fustigé la globalisation de l'indifférence. "Je demande à tous les hommes et à toutes les femmes d'Europe d'ouvrir les portes de leur coeur" a répété le pape début octobre en accueillant au Vatican des survivants. Ce 25 novembre 2014, le Pape François a répondu à l'invitation du Parlement européen et à celle du Conseil de l'Europe à Strasbourg pour adresser un message aux peuples européens. Retour sur ses discours qui appelleront sans nul doute à poursuivre le débat sur l'immigration en Europe. Une émission présentée par Vincent Neymon, en partenariat avec le Collège des Bernardins, KTO, Radio Notre Dame et RCF. Invités : Jean-Louis Touraine, député PS du Rhône, chargé d'un rapport sur la réforme du droit d'asile en France ; Jérome Chartier, député UMP du Val d'Oise ; Jean-Louis Jérôme Vignon, chargé par le Ministre de l'Intérieur d'une mission sur la situation des migrants de la région de Calais, président des Semaines sociales de France ; et Gérard-François Dumont, économiste et démographe, professeur à l'université Paris IV.

  • Lire

    Voir la video
  • Réagir

    Nous envoyer un commentaire
  • Envoyer

    Envoyer à un ami
Les Mardis des Bernardins - Diffusé le 18/11/2014 / Durée :52 mn

Algérie-France : comment dire le passé d'une même voix ?

Histoire et mémoire entretiennent une relation difficile, mais nécessaire. Plus de cinquante ans après les accords d'Evian, où en sommes-nous ? Face à un épisode historique controversé, la construction d'une mémoire collective, mais aussi des mémoires individuelles est-elle possible ? Sommes-nous au contraire condamnés à ériger l'absence de mémoire en mémoire ? Sans reconnaissance du conflit, sans connaissance réciproque du traumatisme, le passé ne saurait passer. Dire le passé d'une même voix, une nécessité ? Un défi ? Qui peut le relever et comment ? Ce Mardi fera dialoguer récit historique et récits de vie issus des deux rives de la Méditerranée. Avec la participation de : Sylvie Arkoun, auteure de Les vies de Mohammed Arkoun ; Pierre Joxe, avocat, ancien ministre, ancien président de la Cour des comptes et membre du Conseil constitutionnel ; Benjamin Stora, historien, professeur à l'université Paris XIII et inspecteur général de l'Éducation nationale.

  • Lire

    Voir la video
  • Réagir

    Nous envoyer un commentaire
  • Envoyer

    Envoyer à un ami
Les Mardis des Bernardins - Diffusé le 11/11/2014 / Durée :52 mn

De la Grande Guerre aux conflits actuels

Il y a cent ans commençait la Première Guerre mondiale : un affrontement d'une ampleur meurtrière sans précédent. Un second conflit planétaire a éclaté vingt-cinq ans plus tard. Aucune guerre de telles proportions n'a eu lieu depuis, mais des conflits armés ne cessent localement d'ensanglanter le monde, sous forme parfois anciennes et parfois nouvelles, dont le terrorisme. Peut-on exiger, avec Paul VI à l'ONU, qu'il n'y ait "plus jamais la guerre" ? Existe-t-il des "guerres justes" ? Les "guerres préventives" peuvent-elles se justifier ? Intervenants ; Olivier Chaline, professeur d'Histoire à la Sorbonne Général Bruno Dary, Officier général de l'armée de terre française, président des cérémonies de la flamme Dominique de Courcelles, ancienne élève de l'Ecole nationale des chartes, directrice de recherches au CNRS En collaboration avec l'Académie Catholique de France et la Mission centenaire.

  • Lire

    Voir la video
  • Réagir

    Nous envoyer un commentaire
  • Envoyer

    Envoyer à un ami
Les Mardis des Bernardins - Diffusé le 04/11/2014 / Durée :52 mn

Cultivons la paix !

Les hommes n'ont jamais eu de difficultés à trouver des raisons de se faire la guerre. Ce soir, les Mardis des Bernardins renversent le problème : pourquoi et comment construire la paix ? Au lieu de penser la paix comme une non-guerre, nous voulons réfléchir aux modalités positives du vivre-ensemble. Loin des grands principes, nos invités se demanderont comment les citoyens peuvent concrètement cultiver la paix. Avec la participation de : Reza, photographe, Samuel Grzybowski, président de Coexister et membre d'InterFaith Tour ; Jean-Jacques Rein, chef de service de cardiologie pédiatrique de l'hôpital Hadassah à Jérusalem.

  • Lire

    Voir la video
  • Réagir

    Nous envoyer un commentaire
  • Envoyer

    Envoyer à un ami
Les Mardis des Bernardins - Diffusé le 14/10/2014 / Durée :52 mn

La Reconnaissance dans l'entreprise : sincérité ou efficacité ?

D'après un récent sondage, le manque de reconnaissance au travail est le premier facteur de démotivation des Français, avant les questions de rémunération. Des salariés qui se sentent dévalorisés, cela nuit à la performance de l'entreprise. Les entreprises et les managers placent donc cet enjeu au coeur de leur stratégie. Mais à vouloir féliciter à tout prix, ne fausse-t-on pas les relations de travail ? Que faire lorsque l'axe « sincérité » et l'axe « efficacité » divergent ? Intervenants : Patrick Dumoulin, directeur général de l'institut Great Place to Work® France ; Yves Le Bihan, président de l'Institut français du leadership positif (IFLP), directeur associé d'ANGEL Consulting, coach et conférencier ; Hubert Mongon, sénior vice-président des ressources humaines France et Europe du sud de McDonald. En collaboration avec Entreprise et Progrès.

  • Lire

    Voir la video
  • Réagir

    Nous envoyer un commentaire
  • Envoyer

    Envoyer à un ami