Pape

  • Dimanche 8 juillet 2018

    "La grâce de Dieu surprend ..."Angélus du 8 juillet 2018

    "La grâce de Dieu surprend ..."Angélus du 8 juillet 2018
    S´appuyant sur l'Évangile du jour (Marc 6, 1-6), le Pape a rappelé comment les habitants de Nazareth passèrent de l´émerveillement à l´incrédulité à l´écoute des enseignements du Christ. Un changement d´attitude qui s´est opéré dès lors qu´ils apprirent que celui qui prêchait n´était que ce «simple charpentier, fils de Marie» qu´ils avaient vu grandir. Pour ces Galiléens, Jésus est d´abord charpentier, «il n'a pas étudié», mais pourtant «il prêche mieux que les scribes et fait des miracles», souligne François, didactique. Hélas, poursuit le Pape, «au lieu de s'ouvrir à la réalité, les habitants de Nazareth sont scandalisés, car selon eux, Dieu est trop grand pour s'abaisser à parler par la voix d´un homme aussi simple». Jésus devient alors pour eux «le scandale de l'Incarnation», «l'événement choquant d'un Dieu fait chair, qui pense, travaille, agit, aime, mange et dort comme un homme»... «Le Fils de Dieu bouscule tous les schémas humains: ce ne sont pas les disciples qui lavèrent les pieds du Seigneur, mais le Seigneur qui lavait les leurs», devenant ainsi cause de scandale et d'incrédulité, affirme le Saint-Père, «à toutes les époques, même aujourd'hui». Ce renversement fait par Jésus nous engage donc tous aujourd´hui «à une vérification personnelle et communautaire», car il peut arriver à tous de nourrir des préjugés qui nous empêchent de saisir la réalité. Et c´est justement le Seigneur qui invite à adopter au contraire une attitude d'écoute humble et d'attente docile, «car la grâce de Dieu se présente souvent de manière surprenante, qui ne correspond pas à nos attentes». «Dieu ne se conforme pas aux préjugés», a insisté le Souverain pontife depuis la fenêtre du Palais apostolique. L´importance de la foi prend ici tout son sens. Pour le Saint-Père, «beaucoup de baptisés vivent comme si le Christ n'existait pas, répétant les gestes et les signes de la foi, sans parvenir à une réelle adhésion à la personne de Jésus et de son Évangile», a-t-il déploré, souhaitant de tout son coeur que Dieu parvienne «à dissoudre en chacun la dureté de coeur et l´étroitesse des esprits».
  • Samedi 7 juillet 2018

    Prière oecuménique du Pape François avec les Patriarches

    Prière oecuménique du Pape François avec les Patriarches
    Visite du pape François à Bari. Prière commune avec les Patriarches et les responsables des Églises d'Orient.
  • Samedi 7 juillet 2018

    Rencontre du Pape François avec les Patriarches des Eglises d'Orient

    Rencontre du Pape François avec les Patriarches des Eglises d'Orient
    Visite du Pape François à Bari. Salutations suivies de la vénération des reliques de Saint-Nicolas dans la crypte de la Basilique.
  • Vendredi 6 juillet 2018

    Messe pour les migrants

    Messe pour les migrants
  • Dimanche 1 juillet 2018

    Jésus est source de vie pour qui lui fait confiance : Angélus du 1er juillet 2018

    Jésus est source de vie pour qui lui fait confiance : Angélus du 1er juillet 2018
    «Sur la route du Seigneur, tout le monde est admis» : le Pape François, lors de l´angélus ce dimanche, a souligné que pour avoir accès au coeur de Jésus il faut sentir le besoin d´être guéri et s´en remettre à lui.Le Pape François, avant de réciter la prière de l´angélus, a commenté l´Évangile de ce dimanche 1er juillet, 13e dimanche du temps ordinaire. Il est revenu sur Jaïre et sur la femme qui avait des pertes de sang qui, tous deux, demandent, chacun à leur manière, de guérir, l´un sa fille, l´autre ses problèmes de santé. Pour le Saint-Père, les deux récits abordés dans l´Évangile de ce dimanche, n´ont qu´un seul thème : «la foi». Ils montrent aussi que Jésus est «source de vie», qu´il redonne la vie «à qui se fie pleinement de Lui». Jaïre et la femme ne sont pas des disciples de Jésus, pourtant, «ils sont exaucés par leur foi». C´est pourquoi, souligne François, «nous sommes tous admis sur la route du Seigneur». S´en remettre à Jésus «Personne ne doit se sentir un intrus, un abuseur, ou quelqu'un qui n´a pas le droit», précise le Pape. «Pour avoir accès à son coeur, il n´y a qu´une exigence : ressentir le besoin de guérison et s´en remettre à Lui». François précise bien que c´est Jésus qui va chercher la femme dans la foule, ayant senti que quelqu´un l´avait touché dans un but bien précis. «Jésus les tire de l´anonymat, les libère de la peur de vivre et d´oser». «Il le fait par un regard et avec une parole qui les remet en chemin après tant de souffrances et d´humiliations», poursuit le Pape qui appelle les fidèles à «apprendre et à imiter ces paroles qui libèrent et ces regards qui restituent, à qui en est privé, l´envie de vivre».Craindre le coeur endurci Ce récit évangélique montre l´imbrication également des thèmes de la foi et de la vie nouvelle que Jésus vient nous offrir. «Devant Lui, la mort physique est comme un sommeil : il n´y a pas de raison de désespérer». Mais «il y a une autre mort», précise aussitôt le Pape, «qui est à craindre : celle du coeur endurci par le mal». Malgré tout, «même le péché, pour Jésus, n´a jamais le dernier mot parce qu´Il nous a apporté la miséricorde infinie du Père. Et même si nous sommes tombés, sa voix tendre et forte nous parvient : "Je te le dis : lève toi"».
  • Vendredi 29 juin 2018

    La confession de Pierre : Angélus du 29 juin 2018

    La confession de Pierre : Angélus du 29 juin 2018
    Dans sa courte catéchèse, l´évêque de Rome est revenu sur l´Evangile du jour, en St Matthieu, celui de la «confession de Pierre» ; un «épisode fondamental pour notre vie de foi», au cours duquel Jésus interroge ses disciples à propos de son identité. «Au dire des gens, qui est le Fils de l´homme ?», «Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je?», demande le Seigneur. Avec ces deux questions, «Jésus semble nous dire qu´une chose est de suivre l´opinion courante, une autre est de Le rencontrer et de s´ouvrir à son mystère : c´est là qu´on découvre la vérité », a affirmé le Saint-Père. «L´opinion commune contient certes une réponse vraie, mais partielle. Pierre, et avec lui l´Eglise d´hier, d´aujourd´hui et de toujours, répond la vérité : `Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant !´». Au cours des siècles, observe encore le Souverain Pontife, «le monde a défini Jésus de plusieurs façons» : tantôt comme un grand prophète , un maitre de vie, tantôt comme un révolutionnaire, ou un rêveur. Au milieu de toutes ces hypothèses, se distingue la confession de Pierre, homme plein de d´humilité et de foi: Jésus est Fils de Dieu. «C´est cela la nouveauté que la grâce allume dans le coeur de celui qui s´ouvre au mystère de Jésus: la certitude, non mathématique, mais encore plus forte, plus intérieure d´avoir rencontré la source de la Vie». Voilà bien l´expérience du croyant, qui n´est pas le fruit de son mérite, mais qui vient de Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit.La réponse de Jésus est, elle aussi, pleine de Lumière : «Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l´emportera pas sur elle». «C´est la première fois que Jésus prononce la parole Eglise : et Il le fait, en exprimant tout son amour pour elle » (...). C´est la nouvelle communauté de l´Alliance, non plus basée sur la descendance et la Loi, mais sur la foi en Lui, Jésus, Visage de Dieu»Au terme de l´Angélus, le Pape a salué les nouveaux cardinaux qu´il a créés hier, les nouveaux archevêques métropolitains nommés dans l´année, présents à Rome, et toutes les personnes venues les accompagner. LIRE AUSSI Le Pape François reçoit une délégation du patriarcat de Constantinople 28/06/2018 Le Pape François reçoit une délégation du patriarcat de Constantinople Le Saint-Père a également mentionné la délégation du Patriarcat oecuménique de Constantinople. «Cette présence est un signe du chemin de communion et de fraternité, qui grâce à Dieu, caractérise nos Eglises», a-t-il conclu..
  • Vendredi 29 juin 2018

    Messe et bénédiction des palliums pour les nouveaux archevêques métropolitains

    Messe et bénédiction des palliums pour les nouveaux archevêques métropolitains
    Saint-Pierre et Saint-Paul: «Confesser la foi avec nos lèvres et notre coeur» À l´occasion de la Solennité de Saint-Pierre et Saint-Paul, ce 29 juin, le Pape François a béni les pallium à l'intention de trente nouveaux archevêques métropolitains, élevés à ce rang pendant l´année. Le Saint-Père a ainsi présidé place Saint-Pierre la messe de cette fête liturgique des deux piliers de l´Eglise, vendredi 29 juin.
  • Jeudi 28 juin 2018

    Consistoire pour la création de nouveaux cardinaux

    Consistoire pour la création de nouveaux cardinaux
    Le Pape a présidé ce jeudi après-midi un consistoire ordinaire public dans la basilique Saint-Pierre. Une cérémonie au cours de laquelle quatorze nouveaux cardinaux, venant du monde entier, ont été créés. Lors de son homélie, le Saint-Père a invité ces cardinaux à toujours recentrer leur regard sur le Christ, afin de mettre le service au coeur de leur mission.
  • Mercredi 27 juin 2018

    La vie chrétienne est un chemin de libération : Audience générale du 27 juin 2018

    La vie chrétienne est un chemin de libération : Audience générale du 27 juin 2018
    Audience générale: la vie chrétienne est un chemin de libération C´est sous un soleil resplendissant que le Pape a tenu l´audience générale hebdomadaire, Place St Pierre, poursuivant sa catéchèse sur les commandements de Dieu. La vie chrétienne n´est pas l´obéissance contrainte à une série d´obligations, mais elle est une réponse reconnaissante à la générosité du Père, a affirmé en substance le Saint-Père «Je suis le Seigneur ton Dieu qui t´ait fait sortir du pays d´Egypte, de la maison d´esclavage» (Ex 20, 2): avec cette phrase qui inaugure le Décalogue, Dieu rappelle ce qu´Il est, et ce qu´Il a accompli par amour pour son peuple. «Il n´est pas quelqu´un d´étranger: il est ton Dieu», a assuré le Pape. Cette affirmation «éclaire le Décalogue et révèle le secret de vie chrétienne» qui est avant tout la réponse reconnaissante à la bonté du Père. La vie chrétienne en effet, n´est pas basée sur la force de sa propre volonté; ni davantage sur le sens du devoir. «Comment un jeune peut-il désirer être chrétien si nous partons d´obligations ?», s´interroge le Pape, pour qui la formation chrétienne s´assimile plutôt à «un chemin de libération», grâce aux commandements. Il s´agit d´entrer en relation avec le Seigneur, de se laisser aimer et sauver par Lui: «d´abord la Mer Rouge, puis le Mont Sinaï». Crier vers Dieu Aussi, la gratitude est-elle un «trait caractéristique du coeur visité par l´Esprit-Saint», car «pour obéir à Dieu il faut avant tout se rappeler de ses bienfaits». Un croyant mû uniquement par le sens du devoir, qui n´a pas encore fait l´expérience de la libération, a une spiritualité d´esclave, pas de fils. A nous donc, de lancer ce cri vers Dieu, «de lui demander d´être libérés de l´égoïsme, du péché». Car l´action salvifique de Dieu est une réponse à ce cri. Il l´attend, car Il veut précisément briser nos chaines. «Dieu nous a appelés non pour être oppressés, mais pour être libres, vivre dans la gratitude, obéissant avec joie à Celui qui nous a tant donné».Juste avant l´audience, le Pape est allé saluer les personnes malades, réunies en salle Paul VI, d´où elles ont pu ensuite suivre l´audience, à l´abri du soleil. Parmi elles, des membres de la délégation de l´organisation «Special Olympics », une compétition sportive pour des personnes atteintes d'un handicap mental, et qui fête ses 50 ans d´existence.
  • Mardi 26 juin 2018

    Conférence de presse d'Emmanuel Macron

    Conférence de presse d'Emmanuel Macron
    Mardi 26 juin, le président de la République Emmanuel Macron s´est rendu au Vatican et a rencontré le pape François le matin avant de se rendre à la basilique de Latran. La journée s´est achevée par la conférence de presse d´Emmanuel Macron, dans les jardins de la villa Bonaparte, ambassade de France près le Saint-Siège située à Rome.