La Belge Colette Nys-Mazure parle d’une « obscure clarté » dans un livre éponyme paru chez Salvator en 2015 : une méditation sur l’expérience personnelle du vieillir ancrée sur le quotidien, du passage du 3e au 4e âge. L’auteur ne craint pas d’évoquer les limitations imposées par l’usure de la machine humaine, du corps et parfois de l’esprit, sous le regard malveillant d’une époque en proie au jeunisme et au consumérisme, sans pour autant idéaliser non plus un temps de retraite vanté par les magazines ou les croisières.

Pour elle, il s’agit davantage à cet âge de s’attacher à ce qui change, bouge, évolue en soi et autour de soi. Le rapport au temps, au couple, à la famille, à l’amitié, à la société, au monde à feu et à sang... Mais aussi pour être à l’écoute des voix d’espérance afin de, envers et contre tout, redire la saveur de la vie...

Ce soir, KTO vous invite à écouter cette conférence de cet écrivain en littérature et en spiritualité. Membre de l’Académie catholique de littérature, elle collabore à la rédaction de plusieurs revues dont notamment Panorama ou La Croix. Elle a publié de nombreux livres à succès dont Célébration du quotidien, Contes d’espérance, L’âge de vivre, L’enfant neuf, Obscure clarté...

Une conférence qui fait partie d’un cycle : l’Institut de la Famille a en effet entamé en début d’année une série de trois conférences sur la place des seniors dans la vie des familles. La conférence diffusée ce soir, enregistrée alors au Collège des Bernardins, est intitulée « A tout âge, redire la saveur de la vie envers et contre tout ! ». Elle fait suite à celle présentée par Jean Duchesne la semaine dernière et qui s’intitulait « Regard sur l’Eglise : nostalgie ou espérance ? »

Hors-série A tout âge, redire la saveur de la vie envers et contre tout ! diffusé ce mardi 16 mai à 20h40, et à revoir ensuite sur cette page.